La fermeture des frontières dans le Rhin Supérieur

Baden-Baden / Strasbourg, 28.4.2020

Près de 75 ans après la fin du national-socialisme et 57 ans après le traité de l’Elysée, qui a marqué un nouveau départ pour les relations franco-allemandes, nous sommes probablement à un tournant de l’histoire, qui menace de remettre en cause les rapprochements minutieusement élaborés sur le Rhin Supérieur.

La pandémie mondiale et l’arrêt de toute vie sociale, ainsi que la fermeture des frontières intérieures européennes, nous font douloureusement prendre conscience de tout ce qui nous manque en ce moment. En tant qu’habitants du Rhin Supérieur nous considérons qu’il est essentiel de prendre position. L’idée d’une Europe unie doit être mise en œuvre de manière exemplaire dans le Rhin Supérieur. Aucune région ne symbolise autant les fluctuations de l’histoire franco-allemande que l’Alsace et le Pays de Bade. Les relations qui s’y sont patiemment développées depuis la guerre, ne sont cependant encore qu’une construction délicate. Avec beaucoup de ceux qui ont partagé la même conviction, notre ambition commune ces dernières années a été de renforcer et de rétablir les relations transrhénanes. L’accent a été mis sur les relations économiques, ainsi que sur l’optimisation des mobilités ou sur le développement d’approches orientées vers le bien commun dans toute la région du Rhin Supérieur. Ou encore le manque de coopération dans le domaine du secours médical des deux côtés du Rhin. Nous avons essayé de rendre les frontières plus ouvertes, contre les nouvelles règles qui ont rendu plus difficile la coopération entre les sous-régions allemandes et françaises, comme la loi sur les travailleurs détachés.

Ce que nous vivons actuellement est contraire à l’idée européenne. Ce ne sont pas les points communs qui sont renforcés, mais les divisions. La frontière a été fermée sans aucune réaction politique sur les deux rives du Rhin. Les Alsaciens ne peuvent franchir la frontière que dans des cas exceptionnels pour se rendre à leur travail, souvent avec plusieurs heures d’attente à la frontière. Les familles binationales sont séparées de leurs proches d’un côté ou de l’autre. Les passages frontaliers ne sont rendus possibles que pour des raisons purement économiques dans des cas individuels, et en même temps, des avions entiers amènent des ouvriers agricoles depuis les régions défavorisées d’Europe. Symboliquement, ces mesures montrent à quel point les politiques ne sont plus axées sur le renforcement des initiatives transfrontalières. Les échanges économiques, culturels et sociaux entre les deux rives du Rhin sont pratiquement au point mort. La région métropolitaine de Strasbourg / Kehl, par exemple, regroupe de nombreux habitants et institutions des deux côtés du Rhin, et ce devrait être une priorité, précisément dans la crise, d’intensifier les échanges et de combiner les ressources communes disponibles, pour le bénéfice des citoyens entre Vosges et Forêt-Noire.

Cette crise a montré de manière éclatante les conséquences désastreuses d’une mondialisation mal maîtrisée. Ce n’est qu’en reconstruisant des liens forts à l’échelle locale qu’on pourra retrouver une économie pérenne, respectueuse de l’environnement, sûre et juste : une économie du bien commun.

Réparer les excès de la mondialisation, dans notre région, c’est d’abord retisser des liens profonds avec l’autre rive du Rhin. Dans notre région, trois approches complémentaires se sont épanouies : allemande, française et suisse. De cette diversité on pourra puiser la créativité pour inventer l’avenir, pour peu que l’on laisse nos populations y travailler ensemble.

Nous appelons à ce que le déconfinement prenne en compte la dimension transfrontalière qui ne doit pas être oubliée dans les stratégies des gouvernements respectifs. Nous voulons pouvoir nous reconnecter avec nos voisins, amis, collègues du Rhin Supérieur.

Les problèmes communs doivent être adressés ensemble, c’est comme cela que l’Europe avancera !

Marduk Buscher et Daniel Steck et tout le comité du Club d'Affaires Franco-Allemand du Rhin Supérieur

Connexion

Rechercher

Newsletter